Comprendre notre démarche

Publié le 8 Mai 2014

Des dizaines de listes vont se disputer les suffrages des électeurs le 25 mai : 23 listes dans la circonscription Est, un record de 31 listes en Ile de France ! Comment s’y retrouver ? Au fil de la campagne nos candidats se confrontent à des représentants de partis républicains engagés pour la plupart dans un refus caractérisé des institutions européennes. Beaucoup sont animés par un souci de maintien des structures nationales : Asselineau, Dupont-Aignan, Marine Le Pen, …et l’on pourrait croire de premier abord à une certaine convergence de ces idées eurosceptiques avec la position de l’Alliance royale : il n’en est rien !

Seule l’Alliance affirme haut et fort que la souveraineté de la France ne peut se construire sans l’action et la personne d’un souverain, truisme que refusent les partis susnommés et leur nationalisme sans roi devient une crispation. Mais la philosophie politique de l’Alliance royale va bien au-delà puisqu’elle construit son discours sur un véritable projet politique qui fait défaut au UPR , DLR, FN et autres. L’AR s’inscrit en effet dans une dynamique globale, une vision organique de la société qui dépasse l’enjeu européen quand les listes républicaines mènent un combat sectoriel qui ne remet pas les structures en cause. Démonstration :

L’ordre social et politique, articulé autour d’un vecteur commun, l’institution royale, peut seul fonder « un ordre naturel organisé autour de communautés familiales, professionnelles » solidaires. Les partis républicains, tous autant qu’ils sont « s’inscrivent en rupture avec ce système organique en plaçant au cœur de l’organisation sociale l’individu (…) car la république s’est construite CONTRE ce modèle organique » royal dans la logique de la Déclaration des Droits de l’Homme où un agrégat d’individus se trouvent écrasés par un Etat tout puissant puisque tous les liens de solidarité transversaux ont été supprimés : liens familiaux, organisations des métiers …Or cet individualisme s’appuie sur une mécanique de domination qui prend le visage de la République « Une et indivisible » idéologique, qui se supporte aucune liberté qu’elle n’a elle-même concédée

Cet individualisme forcené « porte en lui les ferments destructeurs de notre identité nationale car il ne peut y avoir de société organique sans un principe fédérateur » : le Roi

L’Alliance royale est le seul parti anti-système qui peut rompre avec le sortilège républicain !

S.P-D

*toutes les citations sont tirées de la préface de Bertrand Mathieu dans « La République organique » de Marie-Paule Deswarte

Rédigé par Sandrine Pico-Deprez

Repost 0
Commenter cet article

Alliance Royale Nivernais-Berry 10/05/2014 16:57

Editorial de Sandrine Pico-Desprez Déléguée Générale de l'ALLIANCE ROYALE
Tête de la liste "UNE FRANCE ROYALE AU COEUR DE L'EUROPE " pour la circonscription EST